« Zigli le terrible » : Un conte écrit par feu Jean Pierre Guingané qui dépeint la situation politique actuelle

« Zigli le terrible » : Un conte écrit par feu Jean Pierre Guingané qui dépeint la situation politique actuelle

Le spectacle « Zigli le terrible » est au programme les 27, 28, 29 et 30 mars 2024 à l’Espace Grâce Théâtre cité An III, à Ouagadougou. Il s’agit d’un conte théâtralisé, mis en scène par Minata Diéné et interprété par deux comédiennes. Bien que le texte soit écrit par feu Jean Pierre Guingané, il y a des années, l’histoire de « Zigli le terrible » semble dépeindre la situation politique actuelle du Burkina Faso et dans certains pays d’Afrique.

Mis en scène par Minata Diéné, le conte « Zigli le terrible » raconte l’histoire d’un prince qui s’est emparé du pouvoir de son père. Après avoir vécu pendant douze bonnes années dans le ventre de sa mère la reine, Zigli est enfin né. Le petit prince détrône aussitôt son père le roi et marque toute rupture avec l’injustice, la corruption, le pillage, les pratiques malsaines, etc. qui ont pignon sur rue dans le royaume. Très engagé, le jeune roi s’érige en défenseur de l’opprimé,  du marginalisé et de toute personne en position de faiblesse dans le seul but de permettre à son peuple de s’épanouir.

Le duo jouant sur scène

« Un texte qui a pourtant été écrit depuis des années, mais qui reste toujours d’actualité. Oui, je fais le rapprochement avec notre actualité. On constate, par exemple le président (ndlr Ibrahim Traoré) qui surgit de nulle part et innove beaucoup de chose comme le petit Zigli qui a détrôné son père pour gouverner », a expliqué la productrice du spectacle, Esther Bancé. Lire aussi : https://kulturekibare.com/2024/01/24/esther-bance-une-jeune-comedienne-entreprenante/

Esther Bancé, productrice du spectacle et aussi comédienne

C’est après avoir lu sur scène, l’année dernière, ce conte écrit par le professeur Jean Pierre Guingané que la comédienne avoue être séduite par l’écriture. Ainsi, à travers Lelongo Théâtre, elle décide non seulement de le produire mais aussi de l’interpréter sur scène avec Claudine Compaoré. C’est un conte théâtralisé avec des digressions. Le duo incarne plusieurs personnages et brise parfois le quatrième mur pour interagir avec les spectateurs.

Un spectacle engagé qui donne à voir dans son dénouement des figures révolutionnaires africaines

Dans le dénouement du spectacle, on voit défiler des figures révolutionnaires qui ont marqué l’histoire du continent africain. Patrice Lumumba, Thomas Sankara, Ibrahim Traoré, Assimi Goïta, entre autres. « Le message fort de ce spectacle est d’inviter tous à se mettre ensemble pour soutenir notre président. Quelqu’un était là avant lui, mais il a mieux fait en un lapse de temps, dès son arrivée. Aussi, étant donné que c’est un spectacle tout public, nous voulons également montrer aux enfants qu’il y a des gens qui travaillent », a renchéri Esther Bancé.

Claude Guingané lisant le message de la FENATHEB

Cette première représentation s’est faite en marge de la célébration de la Journée mondiale du théâtre. A l’occasion, le directeur de l’Espace culturel Gambidi, Kira Claude Guingané, fils ainé de l’auteur du texte a saisi l’occasion pour lire le message de la Fédération nationale du théâtre au Burkina (FENATHEB). « Chaque année, il y a un message qui est toujours lu partout dans le monde. Le message de cette année est d’un Norvégien du nom de Jon Fosse. Mais, ce n’est pas celui-là que nous allons lire. Nous avons décidé de valoriser un auteur burkinabè qui est Djosso Mamadou Ouattara de Bobo-Dioulasso. C’est lui qui a été désigné pour le compte de la FENATHEB afin de produire le texte », a-t-il confié avant le spectacle. Lire aussi : https://kulturekibare.com/2024/03/27/journee-internationale-du-theatre-le-message-de-la-fenatheb/

A Grâce Théâtre cité An III, les trois autres représentations se poursuivent les 28, 29 et 30 mars 2024 à 20 heures. Le prix d’entrée est fixé à 1000 FCFA.

Ram OUEDRAOGO

Kulture Kibaré

CATEGORIES
MOTS-CLES
Partager

COMMENTAIRES

Wordpress (0)