Quand le « Naaba » s’exprime, Nabalüm est dans le tiroir

Quand le « Naaba » s’exprime, Nabalüm est dans le tiroir

Nos artistes ne disposent pas de plan de carrière. Pis, ils arpentent le corridor musical sans aucune vision. C’est ainsi qu’à la moindre difficulté, certains d’entre eux ont du mal à redresser la pente.

Trahit sua quemque voluptas (chacun a son penchant qui l’entraîne). Autrement dit, « tous les goûts sont dans la nature et Chacun prend son plaisir où il le trouve », nous rappelle cette maxime empruntée à Virgile. S’il est vrai que certains artistes donnent l’impression d’être  passés à autre chose, d’autres essaient tant bien que mal de se maintenir toujours contre vents et marées. Appesantissons nous sur les jeunes vedettes. 

Par manque de vision ou de plan clairement défini, des artistes de la nouvelle génération butent contre la naïvété ou l’illusion et entrent en hibernation. Si rien n’est fait, ils courent déjà à une fin de carrière dès la naissance.

Un exemple parmi mille autres est sans conteste celui de Greg Burkimbila ou de Nabalüm, tous deux chanteurs de charme. A leurs débuts respectifs, ils semblaient être destinés à une brillante carrière. Les Burkinabè et une certaine presse ne tarissaient d’ailleurs pas d’éloges sur ces espoirs de la musique burkinabè. Mais, en si bon chemin, ils sont restés improductifs. Et le feuilleton continue.

Trop préoccupé à gérer sa propre carrière actuellement avec la sortie de son nouvel album, le mentor de Nabalüm qui est Alif Naaba n’a sans doute pas vu venir cette torpeur dans laquelle baignerait sa protégée. Cela aussi, nous l’avions souligné, il y a environ quatre ans. Que serait la « black princesse » Nabalüm si le « prince aux pieds nus » reprenait sa promo un jour ? Interrogions-nous. Alors, quand le « Naaba » s’exprime, Nabalüm est dans le tiroir. C’est un fait. 

Bon nombre de Burkinabè et de mélomanes en particulier se perdent en conjectures en ce qui concerne par exemple la carrière balbutiante et moribonde de Greg. Victime de la starmania avant l’heure ou l’absence d’une équipe managériale incompétente ? Le jeune prodigue vient d’ailleurs d’annoncer la sortie de son nouvel album. Qu’il en tire toutes les leçons possibles tout en sachant bien définir son nouveau projet avec un contenu à long terme et un staff à la hauteur de son talent. Valable aussi pour Nabalüm qui devrait réfléchir sur son management artistique. Entre sa carrière artistique et son accointance extraprofessionnelle avec Alif Naaba, il faudra bien un jour faire un choix, si la jeune coqueluche a des grandes ambitions dans la musique. Sinon, une étoile peut toujours en cacher une autre.

Ce qui manque à nos artistes, c’est le rêve, une vision à long terme surtout. C’est pourquoi certains d’entre eux n’achèvent pas toujours leur carrière musicale et finissent par errer sans repère, d’où la nécessité d’un plan de carrière dès son entrée en scène. 

La Rédaction

CATEGORIES
MOTS-CLES
Partager

COMMENTAIRES

Wordpress (0)