Floby : Succès local, échec international

Floby : Succès local, échec international

Auteur compositeur interprète burkinabè, Florent Belemgnengré, plus connu sous le pseudonyme Floby s’est révélé en 2006 à travers son premier album « Mam Sooré ». L’artiste officie dans la musique moderne sur un fond traditionnel moaga. Il a, au fil des ans, prouvé aux mélomanes burkinabè l’étendue de son talent artistique, à travers sa voix  singulière, rythmée et mélodieuse.

Chantées sur un air soul et mélancolique, ses thématiques de prédilection, notamment l’amertume ou l’orphelin, contraignent naturellement le mélomane aux larmes. Floby est doué pour toucher la sensibilité de l’autre. C’est un excellent chanteur qui fait l’unanimité au niveau local. Son succès incontestable au Burkina Faso est donc naturellement mérité. Les Burkinabè l’ont adopté et validé. En une quinzaine d’années de parcours artistique, il a ainsi naturellement gardé le cap en régnant en maître sur la musique moderne au Burkina Faso.

Malheureusement, Floby est une star locale dont la cote de popularité peine à franchir jusque-là, les frontières nationales.

15 ans de carrière à confirmer, re-confirmer, re-re-confirmer son talent aux mêmes oreilles. Le « King Zodanga » est-il ambitieux ? That is the question. L’aventure musicale de la star locale qui se fait appeler encore, le Baba national, avec ses cinq albums demeure stagnante.

Evoluant sous la houlette de Ismaëla Papus Zongo, producteur local, son ambition nourrie de s’imposer à l’international est, ayons le courage de le dire,  un échec patent. Faut-il alors remettre en cause le potentiel artistique de Floby ou l’incompétence de toutes les personnes qui interviennent dans son management depuis le début de sa carrière ?    

Il ne serait pas hasardeux d’avouer que notre star n’est pas compétitive à l’échelle sous régionale voire mondiale. Pire, depuis ces dernières années, il se fragilise de plus en plus en se vautrant dans la musique commerciale légère.

Le plan de carrière à court ou à long terme de Floby doit-il se réduire au produit local ou à la seule vision artistique du responsable de « Merveille Production », Ismaëla Papus Zongo? La question mérite d’être posée. Cette idée selon laquelle, le marché local est aussi un potentiel marché qu’il faut conquérir est certes légitiment justifiée. Mais faut-il, pour autant, passer toute sa carrière à reconquérir un marché déjà conquis avec un premier, deuxième, troisième, quatrième et cinquième album ? Au finish, l’on viendrait à se demander à qui profite bien ce marché local ? Floby ou « le commandant Papus» ?

Que peut-on reprocher à Floby si ce n’est peut-être son manque d’ambition ou peut-être la peur de se glisser sur un terrain où même son manager général appréhende peut-être mal les contours ?

Qu’à cela ne tienne, c’est à l’artiste, lui-même, et pas toujours son staff,  qu’il revient de s’interroger véritablement sur son avenir dans les 5, 10, voire 20 prochaines années. Il devra, donc, sans faux fuyants, choisir entre un succès local infructueux sur le long terme ou se retrouver  dans le top 10 ou 20 artistes africains de classe mondiale. Et en la matière,  il n’y a pas de baguette magique. Il faut juste savoir se convaincre de son potentiel, se donner de l’ambition et s’entourer d’une équipe compétente et résolument ambitieuse.

La Rédaction

CATEGORIES
MOTS-CLES
Partager

COMMENTAIRES

Wordpress (3)
  • comment-avatar

    Sincèrement c’est douloureux de voir que notre baba national peine à décoller sur l’échelle internationale.je pense à mon avis que la faute ne vient peut être pas de l’artiste mais de ton staff. De ce fait il va devoir que son staff vend l’artiste là où il faut sinon c’est actuellement un travail qui ne profite pas à l’artiste et à son pays? Pourquoi Floby national et non pas international ? Son staff doit avoir un carnet d’adresses bien convainquant et élargir pour que l’artiste puisse faire des featuring avec des artistes internationaux.

  • comment-avatar
    Ismael Gansore 3 ans

    J’aime bien l’article. Félicitations

  • comment-avatar
    Norbert 3 ans

    Très bon article, bravo à la rédaction qui a su dire cette vérité à laquelle nous pensons tous. La musique de Floby se meurt et meurt doucement. Vous savez quoi? Son marché local vient d’ailleurs d’étre compromis avec ses recentes sortie politiques lors de la campagne électorale. Il n’a pas compris qu’un artiste est fabriqué par des fans sans distinction de race, de couleur ou d’appartenance politique. Il a été très mal inspiré. Les artistes qui prennent des positions politiques sont ceux qui ont conquis le monde entier et qui savent qu’ils sont bien assis et que d’ailleurs, leurs voix comptent (Salif Keita, Alpha Blondi ou Ticken Jah). Il sera maintenant qu’un artiste qui va chanté pour les politiques et ses cachets seront des recompenses politiques, et avec cette trajectoire, sa musique est partie pour mourrir toute seule. Ça va durer seulement 5ans et c’est fini, après, il va clochardiser sans pouvoir être invité sur tous les podiums serieux d’un quelconque regime qui aurait remplacé celui-ci. Lui et son staff n’ont pas fait cette analyse avant ce speudo choix mais ils le comprendont plutard. ils n’ont vu tout de suite que les gros cachets et la grosse somme qu’on lui a certainement donné. Il parait dejà qu’il habite Ouaga 2000 dans une villa flambant neuve? Ce sont les bénéfices éphèmères qui commencent dejà à tomber. Courage et bonne suite à lui.