Sit-in du SYNAMUB devant le BBDA : Voici les revendications

Sit-in du SYNAMUB devant le BBDA : Voici les revendications

Le Syndicat national des artistes-musiciens du Burkina Faso (SYNAMUB) est encore monté au front, dans la matinée du 3 novembre 2020 à Ouagadougou. Devant le portail du Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA), il a manifesté son mécontentement, à travers un sit-in, pour dénoncer « une gestion opaque et chaotique » du premier responsable de cette maison de gestion collective du droit d’auteur et de droits voisins, Wahabou Bara. Quatre points étaient au menu de la revendication.

Ils étaient plus d’une trentaine de créateurs devant l’esplanade du BBDA. Brandissant des pancartes, soutenu par des vociférations, les frondeurs du jour disent exprimer leur ras-le-bol vis-à-vis de leur maison burkinabè de gestion collective du droit d’auteur et de droits voisins.

« Nous sommes sortis ce matin, en sit-in, pour dénoncer une gestion opaque et chaotique au sein du BBDA, notamment par son premier responsable, en la personne de monsieur Wahabou Bara », a expliqué d’emblée le Secrétaire général du  SYNAMUB, Abdoul Kader Ouattara dit Almamy KJ.

Almamy KJ

Depuis belle lurette, à l’en croire, lui et ses camarades exigent un logiciel unique de comptabilisation, pour que le paiement de droit d’auteur ne se fasse plus de façon aléatoire. Ils réclament également la liste exhaustive et nominative de tous ceux qui ont perçus les fonds exceptionnels de soutien depuis le mois d’avril 2020. « Il y a que jusqu’aujourd’hui le BBDA refuse de nous donner la liste exhaustive et nominative pour des raisons de confidentialité », a indiqué le Secrétaire général du SYNAMUB. Et de poursuivre « s’il n’y a pas de volonté néfaste de liquider, de piller de façon organisée que l’on nous présente la liste exhaustive et nominative de ceux qui ont perçus ainsi que ceux qui ont sursis au Fonds exceptionnel de solidarité… Au mois d’avril, le fonds a été réparti entre 4092 créateurs. Chacun a reçu 30 000 FCFA. Mais il restait plus d’une vingtaine de millions d’autant plus que beaucoup n’ont pas perçu ».

C’est pourquoi, à entendre toujours le SYNAMUB, par la voix de Almamy KJ, un « point clair » de la situation s’impose. Il est appuyé dans ses propos par son camarade militant, l’artiste-musicien, Jacob Salem qui estime que les droits d’auteurs des artistes ne sont pas redistribués de façon « équitable et  transparente », d’où sa motivation pour le sit-in.

Nonobstant ces récriminations, le SYNAMUB avait plus tôt, rencontré le DG du BBDA, Wahabou Bara, le 28 octobre dernier. «  Nous avons été reçus par le BBDA, à sa demande. Il a demandé à nous rencontrer la semaine passée, nous avons jugé bon de répondre en tant que partenaires sociaux. Nous ne sommes pas en guerre. Nous leur avons demandé également quelques points notamment la liste exhaustive et nominative, le logiciel unique de comptabilisation. Mais il n’y pas eu de consensus », a confié Almamy KJ.

De façon précise pour ce sit-in voici les quatre points de revendication du SYNAMUB. Ses membres exigent donc un logiciel unique de comptabilisation ; la liste exhaustive et nominative des différents fonds que sont le Fonds exceptionnel de solidarité (FES) et le Fonds de solidarité exceptionnel (FSE); la transparence au niveau du Fonds de promotion culturelle (FPC)  et enfin l’audit financier du BBDA.

« Nous n’allons pas accepter que des gens utilisent l’argent du droit d’auteur pour labéliser un candidat… Nous n’accepterons pas qu’il y ait un pillage organisé autour de l’argent du droit d’auteur pour un black label ou un Rock label, je ne sais quoi », a laissé entendre le meneur du SYNAMUB.

Pour sa part, le BBDA, à travers sa Cellule de communication et plaidoyer souhaite ne pas s’exprimer maintenant sur ce sit-in. Il compte cependant réagir ultérieurement.

Malick SAAGA 

CATEGORIES
MOTS-CLES
Partager

COMMENTAIRES

Wordpress (1)
  • comment-avatar
    Ivan 3 ans

    Suis avec vous jusqu’àu bout