Musique : Haro sur ces artistes burkinabè improductifs

Musique : Haro sur ces artistes burkinabè improductifs

Un artiste-musicien qui passe son temps à se plaindre et à attendre une aide financière de l’Etat pour se mettre à créer ou à produire des oeuvres est voué à l’échec. Un artiste-musicien qui ne vit que des cachets de prestations, n’a pas encore compris son art. Le pire échec d’un artiste-musicien, c’est de s’asseoir et attendre tout bonnement que son Gouvernement lui vienne en aide. Etre un artiste-musicien, c’est un mérite, une profession noble qui force le respect et l’admiration. Un artiste-musicien, c’est un leader qui développe aussi des projets durables auxquels profitent des gens et même l’Etat. Un artiste-musicien, ça crée de la valeur ajoutée pour l’économie de son pays.
Mais que constatons-nous au Burkina Faso? Sans porter de jugement, chacun pourrait se faire une idée de l’attitude et du comportement de certains artistes improductifs et gueulards. Ils ne servent à rien, ni à leurs fans ni à leur peuple, encore moins à l’Etat. C’est la catégorie des fainéants déguisés en artistes-musiciens. En réalité, ce ne sont que des opportunistes qui profitent des événements heureux ou malheureux dans un pays pour se faire un éclair de publicité.    
Regardons-nous en face et disons-nous la vérité. Est-ce que ces rares artistes-musiciens qui travaillent sérieusement, font-ils du bruit ? Est-ce qu’ils s’exposent ridiculement comme certains qui déversent au quotidien leurs sottises sur les réseaux sociaux ? Quand on est occuper à travailler sérieusement comme un professionnel de la santé, on ne dispose pas du temps pour pleurnicher. 
Les mêmes qui s’exhibent le plus souvent sur les réseaux sociaux, dans notre contexte, ont échoué dans leur carrière. L’aigreur et la jalousie les rongent, et leur passe-temps favori est la critique inféconde, la calomnie, le dénigrement, les injures depuis leur poste de commandement devant l’esplanade du CENASA. Certains, pas eux tous, développent des débats burlesques et puérils sans jamais être utiles. Un artiste rime-t-il avec un mendiant larmoyant? C’est pourtant l’air que bon nombre d’entre eux déchus, affichent.
Un artiste, doit se respecter et garder le mythe en lui. Sinon, à se comporter comme un impubère asservi, un adolescent pourri, il finira par se livrer ridiculement au public. Il fera tomber le voile du mythe. Il faut savoir souvent s’en aller avec un code d’honneur. A bon auditeur … salut! 
Malick SAAGA
CATEGORIES
MOTS-CLES
Partager

COMMENTAIRES

Wordpress (0)