Dez Altino : Autopsie d’un succès figé

Dez Altino : Autopsie d’un succès figé

Dez Altino est un auteur compositeur interprète burkinabè. Sa musique a une coloration urbaine sur fond traditionnel. Fils de la province du Yatenga, depuis plus d’une dizaine d’années, son succès musical est perceptible au niveau local, même si on lui reconnaît des insuffisances dont il a conscience. Artiste généreux, en plus de son talent, il s’est toujours montré compatissant aux couches les plus défavorisées. Pour preuve, ses multiples œuvres sociales réalisées dont les vivres et autres produits sanitaires remis aux nécessiteux en plein Covid-19.

Sa force réside dans le play-back

Wend ya Wendé, Prince national, Prophète de la joie, tous ces sobriquets pour désigner la même personne Désiré W.T Ouédraogo dit Dez Altino, a fait son apparition sur l’échiquier musical en 2006. Comme tout artiste qui débute, l’objectif est de se faire connaître. Il est y arrivé. Sa cote de popularité est à son zénith dans les maquis et bars dancing, les diners galas, les campagnes, les festivals nationaux et autres cérémonies solennelles. En 14 années de parcours artistique, il est arrivé aujourd’hui, à se hisser au panthéon du showbiz local. Mais qu’en est-il, dans la sous-région africaine et à l’international ? Dez Altino se soucie-t-il de son positionnement à une échelle mondiale ?

La force du Prince national réside dans le play-back. Il est toujours accompagné de ses fidèles danseurs qui savent bien s’y prendre pour le show. Derrière Dez Altino, il y a une équipe permanente de plus d’une dizaine de personnes, à savoir les danseurs, le chauffeur, l’agent de l’artiste, etc. Mais que deviendront-ils sans Dez Altino ? Cette question ne mérite-t-elle pas d’être posée ? Il faut alors se définir de grandes ambitions artistiques, se projeter encore plus loin dans la carrière pour s’ériger en une industrie stable et pérenne.

Malgré le succès local du concepteur de Wend ya Wendé, il n’est pas exempt de critique. Ce qui est le plus perceptible, c’est la monotonie dans la plupart de ses compositions. Mais qu’à cela ne tienne, ne draine-t-il pas de la foule ? N’a-t-il pas de succès ? Ne glane-t-il pas des trophées et autres prix ? Si tel est son objectif, le rêve est accompli et il doit alors préparer sa retraite après 14 ans de succès stationnaire. C’est-à-dire que Dez Altino, n’a plus rien à prouver au niveau local mais il s’évertue quand même à reconquérir un marché déjà conquis, à l’instar de Floby. 

Une performance live chétive

En décidant de camper dans le live, depuis un certain temps, il n’est plus rare de découvrir notre crooner,  soit seul en acoustique ou avec son orchestre sans pour autant renoncer au play-back. On apercevait un Dez Altino qui tentait de s’inscrire dans une nouvelle dynamique, avec d’autres rêves. L’intention et l’approche salutaires ont été pourtant écourtées. Puisque Dez Altino continue de prester de la même façon. Ses performances live, nous laissent de plus en plus indifférents. La saison 2020-2021 de l’Institut Français de Ouagadougou qu’il a ouverte en septembre dernier nous a désabusés. Programmé sur la grande scène, son répertoire n’était pas adapté à un tel public de l’IF.

La plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a. Nous avons assisté à une animation plutôt qu’à un spectacle. Les morceaux du répertoire n’étaient pas harmonisés et les thématiques sont orphelines. D’une observation générale, c’est dire qu’il n’y avait aucune cohérence entre une chanson et une autre. C’était un concert avec des titres alignés. Il a manqué du spectacle, de la direction artistique, une mise en scène adaptée. Dez Altino devait-il être toujours à ce stade de prestation au nom de sa réputation nationale ?

L’artiste est une icône de la musique au Burkina Faso. Il faut le souligner. Cependant, il devrait améliorer son répertoire en travaillant davantage avec un directeur artistique. Notre chanteur est arrivé à une autre étape de sa carrière où, il lui faut entrer permanemment en  résidence de création. Il lui faut s’isoler de temps à autre pour créer. Parce que c’est Dez Altino. Pour ce faire, il devrait réduire ses prestations populaires (finale de coupe de maire, cérémonie de remise de matériels, etc.), s’extirper du cercle de la tendance musicale alimentaire transitoire et rester focus sur comment conquérir un marché inter(national).

En est-il conscient ? En tout cas, seul Dez Altino pourrait mieux se décider entre rester éternellement local ou amorcer les chantiers d’un marché plus élargi.

La Rédaction

CATEGORIES
MOTS-CLES
Partager

COMMENTAIRES

Wordpress (0)